Sur l'air de "La bombe atomique" de Boris Vian et en dédicace.

Cette description devrait permetre à un ingénieur ou même à un amateur éclairé une réalisation étonnante. Le problème le plus ardu consiste en l'estimation de la porté de la brouille.C'est là que la chanson citée en liminaire prend tout son sens.

Matériel nécessaire:

Un téléviseur et sa prise péritel

Un peu d'électronique pour extraire les signeaux utiles

Un système d'écriture(un ordinateur genre PC)

Un oscillateur asservi (PLL) calé sur la fréquence et modulable en tout ou rien (sortie classe C)

Il s'agit d'ajouter au message (pauvre) d'une émission une signature lisible d'une manière locale (première expérience qui ne nécessite pas d'oscillateur) , puis de l'envoyer vers ses contemporains pour juger des réactions. Pour celà il faut régler le téléviseur, puis extraire par la prise péritel (scart) en utiisant un circuit tel que le 1881 les signeaux de syncronisation. Ceux ci sont utilisés par le système d'écriture vidéo. Si l'on utilise un PC il faut déclancher une IRQ. La sortie du système d'écriture (un seul bit) va s'additionner au signal vidéo et apparaître sur l'écran en blanc (en noir pourcertaines normes, rares). Il est clair que ce bit pourra moduler en tout ou rien l'oscillateur et dans ce cas le mélange se fera dans le champ hertzien.

Remarque : Il est certain que la dernière expérience ne peut rencontrer d'accord règlementaire pour quelque endroit que ce soit sur cette planète.Mais toutes considérations éthique montre le formidable intérêt du système d'un point de vue citoyen : car il s'agit de rendre ( un peu ) interactif un message qui se fait, tous les jours un peu plus,

TOTALITAIRE.